Rechercher
  • agourouvin

Les Réflexes Archaïques (ou Primitifs)

Mis à jour : 27 sept. 2018


Les réflexes archaïques (aussi appelés réflexes primitifs) sont les mouvements involontaires que le nouveau-né fait en réponse à une stimulation spécifique. Ils se développent dans l'utérus et sont contrôlés par le tronc cérébral.


 Les réflexes primitifs remplissent trois fonctions:

  1. Aider notre mouvement à travers le canal utérin lors de naissance,

  2. Nous protéger et aider à notre survie dans les premières semaines de vie,

  3. Fournir au corps une stimulation sensori-motrice essentielle pour l'initiation du fonctionnement cérébral supérieur

L'important à souligner à propos des réflexes primitifs est qu'ils sont accompagnés d'une période d'intégration. Ils sont si cruciaux dans nos six premiers mois de vie, mais au-delà, ces réflexes limitent notre croissance et notre développement futurs.


Domaines de défi potentiel

Les personnes ayant une mauvaise intégration des réflexes peuvent avoir des difficultés dans les domaines suivants:

  • Apprentissage

  • Attention

  • Comportement

  • Développement

  • Coordination

  • Bien-être émotionnel

  • Santé optimale (la digestion et la fertilité sont deux domaines pouvant être affectés).

Si les enfants ou les adultes de votre entourage luttent dans l'un des domaines énumérés ci-dessus, il est important de reconnaître qu'il peut y avoir une cause neurologique sous-jacente. Et cela peut être travaillé par l'intégration des réflexes, car il n'est jamais trop tard pour créer de nouvelles connexions neuronales et ainsi initier des changements positifs dans le cerveau.


Le processus d'intégration


La première année de la vie est une période où les réflexes primitifs sont intégrés.

La manière dont ce processus d'intégration se déroule naturellement passe par le mouvement.

Les bébés le savent! C'est pourquoi ils se tortillent et initient du gete avant même de commencer à afficher des schémas de mouvements volontaires tels que rouler et ramper.




Quelques réflexes et conséquences de leur retard d'intégration...

Réflexe de Moro

Ce réflexe est déclenché par un changement soudain de la position de la tête vers l’arrière ou en « descendant » brusquement l’enfant vers le bas. En réponse à ce stimulus, l’enfant s’ouvre : étend ses jambes, bras et doigts et prend une grande inspiration, puis il se recroqueville et peut émettre un cri ou pleurer. C’est un réflexe de protection qui s’inhibe normalement entre le 3ème et le 6ème mois après la naissance, à condition que le bébé soit écouté et consolé lorsqu’il exprime ses peurs. Cette phase sécurisante est donc très importante. Il y a plusieurs conséquences possibles si le réflexe n’est pas intégré :

- hypersensibilité (sons, lumières…)

- anxiété, stress

- peur de l'échec

- timidité

- manque de confiance en soi

- faibles capacités d'adaptation

- système immunitaire faible (allergies, souvent malade…)

- ...



Réflexe d’agrippement (grasping)

Actif de la naissance jusqu’à 1 an de vie, ce réflexe consiste en l’agrippement des doigts d’un adulte (ou d’un objet) très fortement par le nouveau-né. L’agrippement est si fort qu’il est possible de le soulever ! Il est important que ce réflexe s’intègre, en laissant l’enfant manipuler des objets, recevoir des massages de mains, etc,  pour que ce dernier développe sa motricité fine, entre autres. Si ce réflexe ne s’intègre pas, l’enfant peut rencontrer plus tard les difficultés suivantes :

- difficultés en graphisme

- difficultés avec l’écriture

- mauvaise tenue du stylo, de la fourchette...

- pression excessive sur le stylo

- difficultés de langage et de communication

- …

Réflexe de Babinski

Lorsqu’on stimule le bord externe du pied, du talon à l’orteil, cela provoque un mouvement du pied ainsi que des orteils qui s’étendent en éventail. Ce réflexe s’intègre entre la 1ère et la 2ème année de vie de l’enfant, mais peut rester actif jusqu’à ses 3 ans ou plus. Il doit finalement s’intégrer afin d’éviter les conséquences suivantes :

- manque d’ancrage et de stabilité

- faible équilibre

- lent, aime peu marcher et encore moins courir

- difficultés langagières

- motricité globale et fine faible

- marche sur l'avant des pieds

- marche sur l'intérieur ou l'extérieur des pieds

- …



Réflexe Tonique Asymétrique du Cou (RTAC)

Ce réflexe est actif jusqu’à 4 à 6 mois. Une rotation de la tête entraine une extension du bras et de la jambe de ce côté tandis que les membres du côté opposé fléchissent. Ce réflexe doit être bien présent des deux côtés chez le nouveau-né car il est important pour son développement, notamment pour l’audition, la vision de près et le système vestibulaire. Conséquences possibles si ce réflexe n’est pas correctement intégré :

- mauvaise coordination entre les deux côtés du corps

- mauvaise coordination œil-main

- difficultés à lancer et à attraper

- maladresse

- difficultés d’attention, de concentration, de mémorisation...

- difficultés d’apprentissages

- dyslexie

- difficultés pour apprendre à écrire

- difficultés pour s'habiller (boutonner, lacer...)

- hyperactivité

- …



Réflexe Tonique Symétrique du Cou (RTSC)

Il s’intègre autour du 10ème mois de vie de l’enfant, lorsque ce dernier acquiert la marche à quatre pattes. Allongé sur le ventre ou à genoux, lorsqu’il penche sa tête vers l’avant ses bras se plient tandis que ses jambes se raidissent, inversement lorsqu’il penche la tête vers l’arrière, ses bras se tendent alors que ses jambes se plient. C’est grâce à ces mouvements réflexes qui s’alternent que le bébé trouve le bon équilibre pour parvenir à tenir à quatre pattes.

Si ce réflexe ne s’intègre pas correctement, l’enfant peut rencontrer :

- difficultés d’apprentissages

- difficultés d’attention, de concentration

- une mauvaise coordination entre le haut et le bas du corps

- manque de tonus musculaire

- inconfort et fatigue en posture assise

(enroule ses pieds autour de ceux de la chaise, les replie sous ses fesses, s’affaisse sur le bureau…)

- …


123 vues
  • Black Facebook Icon

©A.Gourouvin 2020. Consultante certifiée en intégration des réflexes primitifs